HISTORIQUE DE L'ISMER

Dès la création de l'Université du Québec à Rimouski (UQAR) en 1969, un des axes de développement prioritaires était l'océanographie: l'importance du système du Saint-Laurent (fleuve, estuaire et golfe) et la tradition maritime de la région de Rimouski imposait ce mandat aux quelques universitaires alors en place. Après une rude bataille pour obtenir un centre de recherche en océanographie, la section océanographique de l'UQAR (SOUQAR) était fondée en 1973 et le programme de maîtrise en océanographie commençait. Parallèlement en 1972, la création de l'INRS-Océanologie venait renforcer ce nouveau pôle scientifique de l'Est du Québec. Les deux institutions rassemblaient alors une communauté de spécialistes océanographes qui complétait celle qui débutait à Québec.

Mohammed El-Sabh, Norman Silverberg, Mike Sinclair et leurs collègues de l'UQAR et de l'INRS-Océanologie ont orienté alors leurs travaux sur l'étude du système estuarien du Saint-Laurent et l'impact des activités humaines sur cet environnement. A la fois fondamentales et appliquées, les recherches portaient sur l'hydrodynamique, la sédimentologie, la chimie, la géochimie, l'écotoxicologie, la biologie du plancton et l'écologie des invertébrés benthiques. En 1975, le premier laboratoire océanologique était construit. En 1978, le département d'océanographie de l'UQAR voyait le jour. Les étudiants étaient peu nombreux mais déjà les articles scientifiques étaient publiés dans les meilleures revues internationales. Les collaborations avec l'étranger étaient favorisées.

La première station aquicole de l'INRS-Océanologie a été édifiée en 1980 et le programme de doctorat lancé en 1982. En 1986, le ministère des Pêches et Océans ouvrait l'Institut Maurice-Lamontagne, ce qui a accru considérablement l'importance des recherches en sciences de la mer dans la région rimouskoise. En 1988, le gouvernement du Québec fit don du navire océanographique «Alcide C. Horth» à l'UQAR.

Au début des années 90, la gestion et l'exécution des recherches étaient harmonisées par une entente entre le Département d'océanographie de l'UQAR et l'INRS-Océanologie pour former le Centre océanographique de Rimouski (COR), ce qui favorisait grandement les projets de recherche conjoints. En 1994, la création et la reconnaissance officielle par l'INRS et l'UQAR du Groupe de recherche en environnement côtier (GREC) s'inscrivait dans ce contexte. La programmation scientifique portait alors sur l'évaluation de l'impact des aménagements côtiers, de la pollution, de l'exploitation des ressources biologiques. De 70 à 98, plus de 400 articles scientifiques ont été publiés dans des revues de calibre international. À la fin de cette période, les chercheurs du GREC s'impliquaient avec succès dans plusieurs programme nationaux et internationaux: OPEN1, SARES2, NEW3, JGOFS4. Les recherches dépassaient le cadre de l'estuaire du Saint-Laurent pour gagner le milieu arctique. Les budgets de recherches annuels dépassaient à plusieurs reprises le million de dollars. Le rayonnement du Groupe était assuré et les collaborations avec le GIROQ de plus en plus fréquentes.

En 1999, le COR devient l'Institut des Sciences de la Mer de Rimouski (ISMER). Sa mission reste la formation aux études de cycles supérieurs en océanographie, de même que l'avancement des connaissances des milieux côtiers, estuariens et océaniques. Aussi bien fondamentale qu'appliquée, la recherche permettra de développer des outils scientifiques et techniques indispensables à une saine gestion du patrimoine côtier.

OPEN | Ocean Production Enhancement Network
SARES | Saroma-Resolute Study
NEW | Northeast Water Polynya Study
JGOFS | Joint Global Oceanographic Fluxes Study